Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Toupies avec pointe métallique - Comment faire ?
#1
Bonjour,

mon père possède un tour Rockwell Beaver 46410 avec lequel nous tentions dernièrement de produire une toupie (moine) avec pointe métallique (clou). J'avais collé le clou dans la pièce de bois avant même de commencer, pensant que la toupie serait balancée si elle était tournée à partir de l'axe du clou. Nous avons dû piquer le clou dans une pièce de bois qui allait être piquée à son tour dans le mandrin. Un montage qui ne devait pas durer longtemps puisque la pièce de bois à fini par fendre. Par chance, la toupie était pratiquement terminée.

Je tentais de reproduire les toupies que nous avions au pensionnat. J'imagine que les frères devaient posséder un tour avec un mandrin qui pouvait serrer le clou pour faire leurs toupies aussi bien finies.

Est-ce une cause perdue avec le tour mentionné plus haut? Des idées comment procéder de la bonne façon?

Merci.

Chris.
Citer
#2
Bonjour chris je pense que le beaver est un bon petit tour je ne sais pas si tu as essayé avec du bois franc genre érable si non tu pourrais réessayer mais sans mandrin c'est difficile je crois peut-être d'autres auront des solutions différentes .

Salutations hopi.
Citer
#3
Après avoir effectué une recherche sur le web pour le model de ton tour, je ne crois pas qu'il y ait grand chose que tu puisse faire pour améliorer son utilisation. Les modifications (si modification possibles) te couteraient le prix d'un tour mini lathe ou équivalent.

Si jamais tu envisages de te procurer un nouveau tour usagé, surveille les annonces classées de notre site web. Il arrive régulièrement que l'on me demande d'annoncer des produits relatifs au tournage

Bonne chance dans ta démarche
Bert
Membre ATBQ et ATE
Citer
#4
Bonjour,

à force d'expérimentation, il semble ne pas y avoir de solution miracle.

Je travaille avec un tour fait pour tenir une pièce de bois entre un mandrin avec des dents plutôt usées et une pointe de métal qui enfonce avec le temps dans la pièce, sinon se décentre, sinon brûle le bois franc. Avec ses limites en considération, à la plus basse vitesse et avec des ciseaux de sculpture, j'ai réussi à produire une toupie en érable, en plus de 4 heures, dans laquelle j'ai inséré un clou à la toute fin. Si je suis chanceux, mon clou est enligné avec le centre de la toupie, et j'ai donc un résultat satisfaisant.

Je me questionnais sur la vitesse à opter pour tourner du bois franc. Est-ce que la vitesse peut faciliter davantage le tournage du bois franc? On me disait que la vitesse n'avait rien à voir avec le bois qui brûle, que la friction n'était pas directement reliée à la vitesse. Est-ce à dire qu'augmenter la vitesse pourrait me permettre d'avoir une toupie plus rapidement sans avoir plus de brûlure sur le bois?

Merci.

Chris.
Citer
#5
Est-ce que tu aurais une photo de ton mandrin?

La vitesse a surtout de l'importance pour l'étape de finition.
Personnellement je tourne rarement en haut de 2000 rpm, plus souvent entre 800 et 1500 lorsque je dégrossi la pièce.
S'il se produit des marques de brulures il est fort probable que ta gouge n'est pas bien aiguisée.

En supposant que ton mandrin peut bien retenir ta pièce, ce que je ferais:
- Monter la pièce entre pointe au début
- Bien cirer la contre pointe puisqu'elle n'est sur roulement à bille
- Former ta toupie
- Déplacer la contre point et poupée mobile vers la droite
-mettre une petite mèche à fer ou à bois dans un "visegrip"
- Faire un avant trou pour ensuite insérer le clou
Bert
Membre ATBQ et ATE
Citer
#6
Bonjour bert,

Merci pour la réponse. Elle définit pratiquement les étapes que j'ai développé avec les essais-erreur.

Finalement, j'ai pu m'équiper de ciseaux de tournage et d'une gouge 1/2 po. J'utilisais auparavant les ciseaux de sculpture que mon père avait à sa disposition.

Je prends mon bloc d'érable et le pique dans le mandrin, pour le marquer des 4 dents. Ensuite je prends un tournevis de la longueur et largeur des 4 dents et avec un marteau, j'enfonce les marques. Ainsi, le bois est mordu solidement quand je le replace sur le mandrin.

Puis je marque l'endroit de la pointe de poupe. Je cire avec de la parafine et j'installe le tout sur le tour sans trop enfoncer la pointe de poupe dans le bois.

Je peux ainsi tourner sans problème ma toupie. Je laisse un espace non tourné à la tête et à la pointe de la toupie. J'ai donc deux disques qui encadrent la toupie. Il m'est donc aisé d'asseoir plus ou moins dans l'axe la toupie sur une perceuse à colonne pour percer le trou pour le clou. Je gradue le perçage du trou en commançant par une petite mèche et en finissant par la mèche de la grosseur du clou (dernière mèche que j'enfonce un peu, seulement pour éviter que le clou fasse fendre le bois à la pointe).

Mon père et moi avons probablement une quinzaine de toupies à notre actif. Maintenant, il ne reste plus qu'à remaîtriser le lancer du moine, comme à l'époque. Smile

Un grand merci!
Citer


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)