Comme nous avions prévu des vacances cet été, nous avons choisi la Gaspésie pour une raison bien spéciale. Nous avons décidé de joindre l’utile à l’agréable en allant suivre un stage de formation de 3 jours chez le meilleur tourneur de la rue des Érables à Caplan, soit chez M. Bernard Bujold! En fait, soyons honnêtes, sa renommée dépasse tout de même les limites de la rue des Érables…

Comme nous sommes des tourneurs débutants, mais qui avons quand même un minimum d’expérience, nous voulions perfectionner notre art qui au fil du temps est devenu notre passion.

Décrivons d’abord notre hôte; PASSIONNÉ, et GÉNÉREUX. Passionné pour le temps qu’il investit dans ce loisir, ce qui l’a amené à se perfectionner à un niveau hors du commun. Généreux pour ses techniques, trucs et conseils qu’il nous livre en abondance!

Dès notre arrivée, l’horaire était déjà établi, et quel horaire! De plus, tout était prêt, à partir des blocs de bois pour fabriquer l’ensemble des projets prévus, aux produits de finition, en passant bien sûr par l’ensemble des outils à utiliser, tout était à la portée de la main… l’important bien sûr étant de remettre le tout à sa place après utilisation… pas toujours facile quand on n’est pas chez-nous…

Comme nous avions un doute sur l’affûtage de nos outils, nous les avons apportés pour une inspection en règle, et effectivement, plusieurs gouges ont nécessité une « sévère correction »

Après un bon café, et la description détaillée du plan de la journée, nous voilà partis à faire voler les copeaux. Pour débuter, quoi de mieux que quelques toupies pour nous réchauffer. Mais quelles toupies… une surprise à toutes les fois! C’est en fabriquant quelques toupies que nous avons très vite vu la différence de l’affûtage d’une gouge avec un double biseau… maintenant on ne pourrait plus s’en passer!

Nous nous sommes ensuite lancés dans la fabrication d’objets utilitaires tels que moulin à poivre, à café, etc. Ces objets qui semblent simples à fabriquer demandent beaucoup de minutie et de calcul, mais quel plaisir de voir le résultat. C’est lors de la fabrication de ces objets que Bernard nous a fait découvrir des équipements de perçage de grande qualité qui sont un vrai plaisir à utiliser, et quelle précision! Nous y avons aussi découvert l’importance de se faire un bon plan des étapes à suivre.

Nous sommes ensuite passés aux plus grands formats en nous lançant dans la fabrication de bols, un en bouleau blanc coti, et l’autre en loupe de bouleau jaune. Nous y avons appris beaucoup, du choix de la gouge à la manière d’attaquer avec une gouge à bol. Nous avons été bien impressionnés de pouvoir tourner de la loupe sans que la fibre ne s’arrache trop… Bernard nous a fait aussi fait découvrir le « sanding sealer »; c’est un incontournable pour les bois difficile à tourner, comme le bois coti ou la loupe.

 

Par la suite, nous avons fait un assemblage dans le but de tourner un bol fait tout simplement de planches laminées, découpées en demi-cercles, puis assemblées de manière à faire un bol. Bernard nous a ensuite fait une démonstration sur la manière particulière de tourner un tel bol puisqu’il ne reste presque pas de matière à enlever, ce qui rend le tournage plutôt délicat…

À la fin de chacune de ces trois journées, après un excellent repas partagé avec Bernard et son épouse, nous passions la nuit à rêver de tournage… y a de quoi être étourdi au lever du jour!

À la fin de ce stage de trois jours, nous sommes partis les mains pleines d’objets tournés et la tête remplie de nouvelles connaissances. Depuis ce jour, les idées se bousculent dans nos têtes, et le défi sera maintenant de leur faire prendre forme à la hauteur de ce que nous avons appris…

Merci Bernard!

Francine Simard
Marc-André Bélanger