J’ai toujours eu du plaisir à « gosser » le bois, et à cette époque, je n’ai pas pensé au tournage. En octobre 2007, Wood Magazine produit un article qui décrit comment s’équiper au complet pour tourner pour $600.00. Leur article mentionne aussi le meilleur qualité/prix de plusieurs fournisseurs pour un tour de 10 pouces, un ensemble de gouges, une meule, un mandrin à 4 mâchoires et un gabarit pour tenir les gouges durant l’affûtage. « Wow, that’s a deal. » Tout le kit pour $600.00. J’ai conservé cet article précieusement et 1 an plus tard je m’équipe. Je m’inspire d’Internet pour apprendre. Je  saute des étapes parce que je veux faire un bol. Ça ne va pas bien. Rénovation Bricolage me fait connaître Eddy Noël. Lets go, on va suivre un cour avec lui. Je lui apporte mon œuvre, un bol avec les poils à l’intérieur et mes gouges. Dans peu de temps, Eddy me dit que mon problème était l’affûtage. Là j’étais moins sûr de ses connaissances. Une demi-journée plus tard, quelle révélation. Tourner avec des gouges qui coupent. « Wow, this is fun ». Je mets donc en pratique tout ce que Eddy m’a montré. Un an plus tard je suis un cours avec André Martel et avec lui, j’ai appris plein d’autres choses. En parlant avec André, je lui ai mentionné que j’aimerais avoir des chums avec qui je peux parler tournage, mais je ne connais personne dans mon entourage qui tourne. André me suggère l’ATBQ.  Je contacte Steve Harvey et en parlant avec lui, il me convainc, sans trop de pression, de devenir membre (c’est un très bon vendeur). Ma première rencontre est à Ste-Croix en septembre 2009. À l’affiche, Bernard Bujold. Wow il connaît ça. Il est animé et passionné. Je suis très à l’écoute. Il parle de tournage à l’excentrique, c’est toute une affaire. Show and tell, c’est magnifique. Aux pauses et aux  repas l’accueil des membres est fantastique. Je me sens comme chez moi. Je suis curieux, j’ai certains ennuies au tournage et je demande des questions et j’obtiens plein de réponses. Personne ne semble vouloir garder ses secrets. Tous veulent partager leurs connaissances. C’est comme acquérir un an d’expérience en une journée.

L’arrivée au mois d’avril de l’AGA avec concours de tournage annuel. Devrais-je m’inscrire dans le concours ? J’arrive à Carignan avec mes bols et je les laisse dans l’auto pour aller voir sur la table les autres articles pour m’assurer que je ne serai pas déclasser dans ce concours. Il y a déjà de très belles œuvres et je pense que mes bols n’auront pas l’air si fou. Je m’inscris. Je n’ai rien à perdre. Le temps arrive pour annoncer les gagnants et surprise, j’entends mon nom. Est-ce que mon ouie me joue des tours? Mais non c’est bien le 3e prix pour les débutants. Je suis très heureux. Les autres gagnants sont annoncés et je suis heureux aussi pour eux. Ils ont fait des œuvres exceptionnelles.

Avril 2011, un an plus tard, avec plus d’expérience gagnée, surtout par l’entremise de rencontres de l’ATBQ et un peu plus de confiance en moi, je dois m’inscrire dans la catégorie « intermédiaire ». Pourtant je me sens encore comme débutant. Les œuvres exposées sur les tables sont de qualité supérieure. Arrive le temps d’annoncer les gagnants pour la catégorie des débutants. Vient ensuite la catégorie intermédiaire. Ils annoncent mon nom pour le 2ieme prix. Wow! Quelle surprise. Ils annoncent encore mon nom pour le premier prix dans cette même catégorie. Là je suis vraiment bouleversé. Quelle expérience!

Merci aux juges.

Merci aux membres qui m’ont guidé et qui ont répondu si spontanément à mes questions.

Merci au CA, ils font un bon boulot.

 

Dave Pott